Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 13:23

Aller au Liban

 

Aller au Liban c’est entreprendre un voyage à nul autre pareil. Si l’on est chrétien particulièrement, on s’attend à trouver là-bas le beau pays de la Promesse, celui décrit dans le Cantique des cantiques : le Liban de la pureté et de la douceur, étincelant de blancheur du haut de ses sommets enneigés se mirant dans la Méditerranée ; le Liban de l’abondance, riche de son lait et de son miel, que lui procurent une nature et un climat généreux, riche de ses eaux fertilisantes jaillissant en sources et résurgences innombrables ; le Liban de la gloire, fier de son incomparable parure : ce cèdre au bois sacré parce qu’incorruptible, aux branches étales protégeant la terre de leur ombre bienfaisante. N’est-ce pas précisément le sens de la démarche du voyageur chrétien (pèlerin serait plus juste car le Liban appartient à la Terre sainte) : aller à la rencontre de la beauté, de la vérité, de la lumière ?

 

Le premier pas posé sur le sol libanais répond à cette attente : on est saisi par la grandeur des paysages ; on est séduit par l’hospitalité, la vivacité d’esprit, l’éclat intellectuel, en un mot le génie, de ses habitants ; on est ébloui enfin par leur ferveur religieuse. Et l’on ne tarde pas à succomber au charme envoûtant de ce peuple et de ce pays, où l’on est accueilli comme un membre de la famille, au point que l’on ne s’y sent pas étranger, au point que les plaies de la guerre, pourtant omniprésentes ne blessent pas la vue.

 

Le Liban serait-il donc ce paradis promis à l’homme par le Créateur ? Non pourtant. Pour peu qu’on s’y attarde, que, conquis, on s’y établisse, confronté aux duretés de la vie quotidienne, vite dérouté, irrité même, par l’ambiguïté inhérente à la mentalité orientale, on en vient à ne plus porter sur ce pays le même regard enchanté. On verra alors le Liban défiguré, ruiné, déchiré, meurtri, divisé, le Liban du scandale, de la désolation, de la compromission, de la déchéance, de la malédiction. En fait, le Liban tel que décrit prophétiquement par Ézéchiel.

 

Déçu, on pourra alors être tenté de renier ce pays avec la même frénésie qu’on aura d’abord mis à l’aduler. Combien se sont laissés emporter par ces deux extrêmes ! Ici comme ailleurs, la passion est mauvaise conseillère.

 

Pour aimer le Liban avec équilibre, mieux vaut donc ne l’idéaliser que spirituellement. Humainement, il faut porter sur lui un regard aimant et compatissant mais lucide. Car le Liban, créature terrestre et humaine, est à l’image de notre monde ; il en est le reflet. Il faut donc le voir tel qu’il est, comme un être à la fois brillant et souffrant.

 

Le regard spirituel, lui, ne décevra pas car il s’attachera à l’essentiel. Tant de fléaux s’abattent sur ce Liban, si fragile et si humble à l’échelle des nations, que l’on serait tenté d’y voir l’image du Christ offert sur la Croix pour racheter l’humanité. Seuls ceux qui ont une vision agnostique du monde souriraient à pareille assertion. Nul ne peut en douter cependant : Dieu a confié au Liban, pays chéri entre tous, une mission spéciale, celle de témoin et de messager. Telle est d’ailleurs la raison profonde de sa souffrance.

 

Sur cette terre bénie, jadis foulée par Jésus (Tyr, Sidon, la Galilée…), Dieu a confié à ses enfants le soin de perpétuer le passage de son Fils et de transmettre son enseignement. La chrétienté libanaise n’est ni une chrétienté-musée ni une chrétienté importée. Ses Églises, riches de leur diversité, sont solidement enracinées sur son sol - chaque pouce de terre libanaise porte des traces de christianisme ; ici, l’islam en subit l’influence comme nulle part ailleurs - et elles sont vivantes. Témoignent de cette vitalité le nombre incroyable d’églises nouvellement construites, de monastères restaurés, de pèlerinages recréés, de mouvements apostoliques ou d’entraide surgis d’une société par ailleurs décadente. Le renouveau est évident. Ici, la foi, l’espérance et la charité ne sont plus des mots creux.

 

Témoins du Christ auprès de ceux qui le rejettent, les juifs et les musulmans, les chrétiens du Liban le resteront jusqu’à la fin des temps. Leur mission est douloureuse certes - la guerre, qui se poursuit sous des formes plus perverses, le montre bien - mais combien exaltante. Elle passe par la Croix, une croix que tous les chrétiens doivent l’aider à porter. Car, en s’attachant à sa croix, le Liban se rapproche de Dieu et rapproche le monde de Dieu. Et cette croix est aussi un message, comme aime le répéter Jean-Paul II qui demande aux chrétiens libanais de ne pas renoncer à leur noble vocation.

 

Le Liban porte au monde un message de fraternité, imparfaite bien sûr, mais telle est notre humanité, marquée par le péché originel. Sans désespérer, il faut écouter ce message, le recevoir et l’appliquer. Il est particulièrement bienvenu en ces temps de grandes confrontations religieuses. Pour lui permettre de mieux porter son message, il faut aider et consolider le Liban, ne pas le considérer comme un anti-modèle à détruire mais comme le modèle humain à imiter.

 

Voilà, je crois, la manière la plus édifiante d’aborder le Liban. Approché ainsi, il est capable de donner beaucoup de joies, beaucoup de leçons de vie, beaucoup de forces spirituelles.

 

Repost 0
Published by Abdo RAAD
commenter cet article
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 13:16

A quoi on reconnait un Libanais?

Vu par un étranger

1- Il appelle tout le monde « habibi ».
2- Il arrive une ou deux heures en retard à une soirée ou à un rendez-vous, considérant que c'est tout à fait normal.

3- Il reste une heure à discuter avec ses convives sur le pas de la porte quand la soirée est terminée, tout en gardant le doigt appuyé sur le bouton de l'ascenseur.

4- Sa mère l'appelle (trop) souvent.
5- Partout où il va, il se trouve un cousin.
6- Sur son écran de télévision tourne 24h/24h une chaîne curieuse nommée LBC.
7- Quand il rencontre un libanais, il se sent obligé de lui demander de quel village il vient.
8- Ses cousins n'ont pas de noms. Ils s'appellent « bint khalé » (la fille de mon oncle) ou « ebin aamté » (le fils de ma tante).
9- Chaque été, il a au moins un cousin qui se marie.
10- Sa famille est en cesse en train d'essayer de le marier.
11- Il est orgueilleux.
12- Il a des drapeaux libanais, des portes clés, des briquets, et des colliers honorant Liban.
13-Chez lui, tout est inversé. Sa mère l'appelle « mama » (maman) et son père l'appelle. « baba » (papa).
14- Les gens plus vieux que lui, il les appelle «ammo» (oncle) ou «tante», même s'ils ne sont pas de sa famille.
15- Il est beau parleur. Il est très bon séducteur.
16- Au restaurant, lui et ses confrères libanais se chamaillent pour savoir qui aura le privilège de payer l'addition, tandis que leurs amis étrangers auront la tête plongée dans leurs calculettes afin de départager l'addition selon ce que chacun a consommé.
17- Il va souvent à l'aéroport pour chercher ou emmener quelqu'un.
18- Il se sent fier quand une célébrité est d'origine libanaise (il connaît d'ailleurs la liste des personnalités d'origine libanaise par cœur).
19- Il est souvent persuadé d'avoir raison.
20- Il hérite (ou va inévitablement hériter) d'un morceau de terre, quelque part au Liban, ou d'une affaire, quelque part dans le monde.
21- Il a plus de famille au Canada , aux Etats-Unis, en Amérique du Sud, en France , en Belgique, en Afrique...qu'au Liban.
22- Il met un litre d'huile d'olive dans tous ses plats.
23-Le seul pain qu'on trouve chez lui, c'est du pain libanais.
24- Pour lui, la frime passe avant l'intellect. Bien qu'il soit cultivé, il véhicule une image de macho, aimant les grosses voitures, l'argent, le sport, et les belles femmes.
25- Elle (la libanaise) se teint les cheveux en blond, et elle jure que ses cheveux sont naturellement de cette couleur.
26- Elle (la libanaise) aime mélanger les langues française, anglaise, et arabe dans une seule et même phrase.
27- Bien qu'elle (la libanaise) soit cultivée, elle véhicule une image de femme totalement superficielle à son entourage, aimant les hommes friqués, bien habillés, et qui roulent en cabriolet.
28- Il aime apprendre des mots arabes à ses amis étrangers (surtout les grossièretés).
29- S'il est salarié dans une boîte, il dira aux gens que c'est lui le patron de cette boîte.
30- Il aime flamber et faire croire qu'il est riche, même s'il doit se priver de manger pour ça.
31- Il appelle toute sa famille et tous ses amis quand il y a un reportage ou une émission sur le Liban à la télé.
32- Sa mère veut qu'il soit médecin, et son père avocat.
33- Il est fier de lui.
34- Il est vraiment trop fier de lui, voire prétentieux. Il croit qu'en déclarant 'Je suis libanais', ses interlocuteurs vont trembler comme des chatons. Pourtant, ses interlocuteurs ne savent pas ce que c'est que libanais, et le confondent avec albanais.
35- Il est fier d'être arabe.
36- Si quelqu'un l'assimile à un arabe, il se met dans tous ses états, lui rétorquant : « JE NE SUIS PAS ARABE, JE SUIS LIBANAIS ! Il y a une différence tout de même ! ».
Certains répondront 'Je suis phénicien'...Ne cherchez pas à comprendre...
37- Ils veulent tous quitter le liban. Seulement, une fois dehors, ils veulent tous y retourner.
38- Quand ils vont dans un café ils mettent en évidence sur la table les 2 téléphones portables, les clé du 4X4 et le paquet de cigarettes.
39-Ils applaudissent le pilote d'avion juste après l'atterrissage.
40- Il est capable sur un coup de tête de partir jusqu'à Tripoli pour manger du 'knefe' à 3h du matin.
41- Le libanais insulte et klaxonne la personne qui a osé commettre le délit de s'arrêter à un feu rouge.
42- Tous les taxi libanais sont propriétaire de cette fameuse Mercedes des années 60 et ne peut conduire qu'en plaçant son bras par la fenêtre.
43- IL HURLE LOSRQU'IL PARLE AU TELEPHONE!!!!
44- Il répond 'bonjoureeeeeiiiiinn' quand on lui dit bonjour.
45- Il répond (vous l'aurez deviné) 'bonsoireeeeeiiinnn' quand on lui dit bonsoir !
46- Il y a toujours un ami de la famille qu'on croise dans une soirée et qui ne vous a pas vu depuis longtemps. C'est alors que le cauchemar commence et que les dossiers fusent 'yiiii comment vont tes paRRent, tu me RReconais, qu'est ce que tu as grandi !'
47- Il réussit à trouver du travail grâce 'à un ami qui connaît un ami d'un ami de son père qui est marié à la soeur de l'oncle de sa cousine', tout un réseau qui n'a ni queue ni tête.
48- Il a une façon étrange de dire bonjour : 'Hi, kifak, ça va ???'
49- Il a une façon étrange de dire au revoir : 'Yalla byeee'
50- Il distille une dizaine de 'enno' dans ses phrases, même quand il parle à des interlocuteurs étrangers !!!
51- Il a une addiction à la politique (libanaise), croyant que le monde entier s'y intéresse.
52- La première chose qu'il tente de savoir d'un autre libanais, c'est sa confession, son village, et son bord politique.
53- Elle passe deux heures dans la salle de bain pour se faire belle.
54- Il passe presque autant de temps dans la salle de bain pour se faire beau. Le Libanais est très coquet, se soucie beaucoup de son image et n'aime pas sortir mal habillé.
55- Il dit 'marcédis' au lieu de 'mercedes' et 'katchap' eu lieu de 'ketchup'
56- Lui et ses amis du monde arabe ont réussi à rendre la langue arabe incompréhensible sur Internet, en greffant des 7, des 3, et des 2 aux phrases.
Les occidentaux les soupçonnent d'avoir créé un grand message codé qui ne peut être compris que par les arabes (ce qui n'est pas très éloigné de la réalité).
57- Le Libanais danse une danse assez bizarre proche du sirtaki grec appelé 'dabké'
58- Il a une tête internationale. Il peut ressembler à l'Italien, au Turc, au Portugais, au Français, à l'Américain...bref, à toute sortes de nationalités existantes sur cette planète mais c'est avec l'albanais qu'on le confond le plus souvent 'ah!!! t'es libanais toi.........oui oui je connais l'Albanie tous ça.....non je suis LIBANAIS pas ALBANAIS.....ah d'accord excusez moi j'ai confondu l'Alabanie et la Lybie vous êtes donc nord africain ...'
59- Lorsqu'il y a des invités à dîner le Libanais prépare un buffet digne d'une soirée d'ambassadeur et tout cela pour 4 personnes.


Il ne manque que la petite montagne en Ferrero Rocher !

60- Le libanais a chez lui un espèce d'arrosoir dont il se sert pour boire de l'eau.
61- Il se permet d'emprunter la voie inverse en cas d'embouteillage créant un bouchon de l'autre coté et ainsi de suite ça n'en finit jamais.
62- Il y a toujours 20 personnes qui viennent chercher ou qui accompagnent un libanais à l 'aéroport... et quand il arrive en Europe , il fait attendre toute la file à cause de ses produits 'baladé' (wara2 3arich, mrabba) qui intriguent les douaniers.
63- Le Libanais refait la voiture à sa façon 'débéryaj, frém, dircition...'.
64- Le libanais a tendance à tout exagérer.
65- Il ment au menteur pour savoir la vérité.....

 

 

 

 

Repost 0
Published by Abdo RAAD
commenter cet article
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 22:32
 

"أسباب تدعونا   لقراءة الكتاب  ".

ـ الكتاب يسلينا، ويثيرنا، يبكينا ويضحكنا ويواسينا.

ـ الكتاب يفتح أمامنا إمكانيات جديدة  .

ـ الكتاب يزودنا بأفكار جديدة، و يوسع معرفتنا بعالمنا   هذا.   

ـ الكتاب يساعد أحاسيسنا الداخلية على النضوج.  

ـ الكتاب يمنحنا فرصة لنضع أنفسنا في مكان الآخرين وأن نشعر بهم   ومعهم  .

ـ الكتاب يساعدنا في تطوير لغتنا و يزيد من مفرداتنا  .

ـ الكتاب يحفز خيالنا ويساعدنا لنكون صورتنا الداخلية  .

ـ الكتاب يساعدنا على فهم أنفسنا بحيث يوسع مداركنا   الداخلية  .

ـ الكتاب يثير فينا التساؤل و يولد لدينا حب الفضول لكي نعرف أكثر.

ـ الكتاب يزودنا بالتعرف على بلدان العالم الأخرى وطريقة عيشهم، طبيعة بلادهم، تاريخهم و تقنياتهم... إلخ.

ـ الكتاب يبيح لنا أن نفكر مليا في مفهوم الخير والشر، الجمال والقبح، الصحيح والخاطئ.

ـ الكتاب يستطيع أن يوضح لنا الحقائق ويساعدنا على فهم مضمونها.

ـ الكتاب يرينا أن للسؤال أكثر من جواب، يمكننا من رؤية الأشياء من زوايا مختلفة وبمعنى مختلف اعتمادا على السياق الذي توجد فيه.

ـ الكتاب يساعدنا على إدراك أننا مختلفون كأفراد.

ـ الكتاب يوضح أن القراءة من أزمنة أخرى ومن ثقافات أخرى يزيد من تقبلنا للآخرين ويجنبنا الحكم عليهم بأحكام مسبقة.

ـ الكتاب خير جليس لنا في وحدتنا فمن السهل أن ننقله من إلى أي مكان وأن نطالعه في أي مكان، كما أننا نستطيع استعارته من المكتبة دون مقابل.

ـ الكتاب هو جزء من الإرث الثقافي، انه يجعلنا نعيش تجرب مشتركة و ضمن زمن ومرجع محدد و مشترك..

ـ الكتاب يوفر فرص عمل للكثير من الأشخاص مثل الكتّاب، الرسامين، عمال المطابع، الفنيين، المصححين، المصورين، الناشرين، بائعي الكتب وآخرين.

ـ الكتاب يسهم في اغتناء الحياة الثقافية كما انه من أحد أهم الصادرات التي تجعل من الدولة المنتجة للكتاب معروفة في الخارج.

ـ الكتاب هو اللقاء مع الثقافة ـ انه عالم بلا حدود ـ.

ـ الكتاب يختصر علينا التجارب زمنيا وحياتيا، فما احتاج كاتب ليزوره ويكتب عنه في سنوات طويلة نستطيع قراءته في ساعات قليلة.

ـ الكتاب يفتح لنا العوالم المغلقة التي لا تستطيع إدراكاتنا المباشرة الحصول عليها بالتجربة مثل عوالم الفضاء والفيزياء والأشياء المتناهية في الصغر... إلخ

 

 

Repost 0
Published by Abdo RAAD
commenter cet article
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 23:45

تألم مجربا

فقدت سيدة بنتا لها وذهب قسيس القرية لتعزيته،   ولكن كلماته لم يكن لها تأثير فى قلبها    

وبعد مرور شهرين على هذه الوفاة   ذهب القس نفسه يكرر الزيارة لتلك الأم الثكلى؛ ولكنها فى هذه المرة شعرت بتأثير عميق من حديثه معها. وصرحت له السيدة عن الفرق بين أثر زيارته لها فى المرتين، وسألته عن السبب.

 فابتسم الكاهن وأجابها: فى المرة الأولى أتيتك ولم أكن شريكا لكى فى ألمك أما فى هذه المرة فأنى أتحدث أليك من قلب ذاق مرارة تجربتك اذ أنى فقدت أبنا لى هذا الأسبوع، فأصبحت أحس بما تحسين به وأشعر بما تشعرين به وأصبح قلبى هو الذى يحدثك وقد بات شريكا لك فى ألمك.

حقا (فيما هو قد تألم مجربا يقدر أن يعين المجربين) (عب 18:2)  أن الالام التى نمر بها تجعلنا نشفق على من حولنا من المتألمين فى الأرض.

 

 

Repost 0
Published by Abdo RAAD
commenter cet article
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 23:36

خبر عيد سيدة البشارة الخميس في 24/3/2011 

 

Download 24-3-2011...JPG (315.1 KB)

بمناسبة عيد سيدة البشارة شفيعة المدرسة، وبرعاية الرئيس العام الأرشمندريت جان فرج، أقامت مدرسة دير المخلص، الثانوية، جون، مساء الخميس الموافق فيه 24/3/2011 احتفالا حضره ممثل سيادة المطران ايلي الحداد الارشمندريت سمير نهرا، ممثل دولة الرئيس العماد ميشال عون السيد ناصيف قزي، مختار جون السيد سمير عيسى ممثلا النائب وليد جنبلاط، النائبة بهية الحريري ممثلة بالسيد مصطفى متبولي، النائب مروان حمادة ممثلاً بالسيد فايز حمدان، النائب محمد الحجار ممثلاً بالدكتور علي الربيع، النائب ميشال موسى، محافظ الجنوب الأستاذ نقولا أبو ضاهر، سعادة سفير أندونيسيا السيد ديماس سامودرا روم ومعه السيد سيوفيان، رئيس اتحاد بلديات إقليم الخروب الجنوبي السيد أنطوان فواز، رئيس اتحاد بلديات إقليم الخروب الشمالي السيد محمد حبنجر، رئيس بلدية جدرا الأب جوزيف قزي، رئيس بلدية كفرنبرخ السيد بهيج الدلغان، رئيس بلدية عبرا السيد الياس مشنتف ممثلاً بالسيدين خليل متري وكامل سليمان، مختار المحتقرة ودير المخلص السيد جوزيف فارس، مختار جون السيد يوسف مارون، مختار مزمورة السيد ملحم روحانا، العميد جبران واكيم والعميد جورج خليل، السيدة لميس مشنتف والسيد عادل الشباب من وزارة الشؤون الاجتماعية، عدد من الآباء المخلصين، الشيخ خضر عيد إمام جون، الأب نقولا صغبيني رئيس دار العناية، السيد فادي فرنسيس ممثلا دار الصداقة، لجنة أهالي الطلاب، أصدقاء...

استقبل رئيس المدرسة والشماس جيلبير وردة ومعاونوهما الحضور على المدخل حيث تم توزيع الزهور على الجميع، وتوجهوا إلى الكنيسة حاملين أيقونة سيدة البشارة، مرنمين إليك الورد يا مريم ووضعوا الزهور أمامها. صلاة الغروب احتفل بها رئيس المدرسة وخدمها رئيس الجوقة الأب مكاريوس هيدموس عاونوه الأب وسيم المر. بعد نشيد أيها النور البهي، قرأ الارشمندريت سمير نهرا انجيل البشارة، تلاه تلاوة آيات قرآنية من سورة مريم للشيخ خضر عيد. بعدها كانت كلمة رئيس المدرسة الأب عبدو رعد العام رحب فيها بالحضور، وتكلم أيضاً عن مؤتمر الذي شارك فيه في أندونيسيا حول الحوار بين الأديان، شاكرا السفارة الأندونيسية على دعوتها. كانت أيضاً كلمة للرئيس العام شرح فيها معنى العيد وعيد الجميع. ثم كانت صلاة تبريك القرابين التي شارك فيها عدد من الآباء. ختاما تلي دعاء مشترك ونشيد العيد ووزعت القرابين وأيقونات صغيرة على المشاركين الذين تبادلوا التهاني وانتقلوا إلى المائدة لتناول العشاء، حيث كانت قصيدتان للأب بولس نصورة وللأب سامي داغر. شكر رئيس المدرسة العشي الذين ساهموا في إنجاح الحفل مديرة المدرسة السيدة ريتا والأستاذ جورج والمعلمات والطلاب والعشي بطرس مزهر معاونيه...

 

كلمة الأب عبدو رعد في عيد سيدة البشارة 2011، مدرسة دير المخلص 24-3-2011

باسم ألآب والابن والروح القدس، الإله الواحد أمين.

صاحب الرعاية سيادة رئيسنا العام الأرشمندريت جان فرج، ....

 

عيد مدرستنا هو عيد الرهبنة وعيد العلم وعيد الفضيلة وعيد الأصدقاء. وهو عيد من تسمّت هذه المدرسة على اسمها: سيدة البشارة، العذراء التي حملت للبشرية مخلصا وفاديا. هنيئا لنا العيد ودائمة الشفاعة بنا سيدة البشارة.

في بحر التنوع، وفي خضم الأحداث التي يشهدها العالم، يبقى إعلان عيد سيدة البشارة عيدا وطنيا جامعا للمسيحيين والمسلمين، رمزا مهما من رموز رفض التطرف والتعصب والانغلاق على الذات.

إنه دليل على نفسية مستعدة لمحو الطائفية والارتفاع بالروح إلى عالم القيم الروحية وعلى رأسها المحبة المساواة والاتفاق والتعاون.

إنه مسؤولية مشتركة يحملنا إياها الله والوطن كي نكون شهادة حية أمام كل العالم أنه بالمحبة والانفتاح والمساواة تبنى الأوطان. العالم يعتمد علينا بهذه الشهادة الإنسانية (مثال على ذلك دعوتنا من قبل دولة أندونيسيا إلى مؤتمر حواري بين الأديان لنشهد على كيفية إدارة التنوع الديني والثقافي من اجل تحقيق التعايش والسلام).

إنه مسؤولية كبيرة ممنوع فيها الفشل وإلا فالويل لنا، المسؤولون وأصحاب المنابر جميعا مطالَبون بالاستمرار في بذل الجهود لإسكات صوت العنف وكل صوت يدعو إلى التفريق بين البشر.

في مؤسستنا بجميع برامحها، آمنّا بأن التربية عامل أساسي في تكوين الموقف المتسامح السلمي، وكم نتمنى أن تدخل في صلب المسألة التربوية في القطاعين الخاص والرسمي، لأنها الضمانة للأجيال القادمة في عيش حر سلمي وهادئ.

وبعد إعلان عيد سيدة البشارة عيدا مشتركا في لبنان، اقترح أن تكون رقصة الدرويش شعارا مشتركا بين المسيحيين والمسلمين نعممه على كل الدول. وهل أعمق من معاني هذا الأداء الروحي؟ ففيه أرى قدسية حركة اليدين: اليد المرفوعة لسؤال النعمة بتواضع من الله، واليد الثانية الممدودة تواصلا وعطاء ومشاركة بسخاء، لهذه النعم السماوية، مع الآخر كائنا من كان.

شكري ودعائي لكم جميعا على ما تقدموه من محبة وعطاءات، شكري لكل من مد يد المساعدة حاضرا أو غائبا.... أعيدكم بمار يوسف، عيد الأم، عيد الطفل...

كونوا بنعمة الله وكل عيد وأنتم بخير.

 

رئيس المدرسة الأب عبدو رعد

 

Repost 0
Published by Abdo RAAD
commenter cet article
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 23:14

عزمت على أن لا أهجره أبدا

 

سافر أب إلى بلد بعيد تاركا زوجته   وأولاده الثلاثة.. سافر سعيا وراء الرزق وكان أبناؤه يحبونه حبا جما ويكنون له كل   الاحترام

أرسل الأب رسالته الأولى إلا أنهم   لم يفتحوها ليقرءوا ما بها بل أخذ كل واحد منهم يُقبّل الرسالة ويقول أنها من عند   أغلى الأحباب.. وتأملوا الظرف من الخارج ثم وضعوا الرسالة في علبة قطيفة.. وكانوا   يخرجونها من حين لآخر لينظفوها من التراب ويعيدونها ثانية.. وهكذا فعلوا مع كل   رسالة أرسلها أبوهم.

ومضت السنين، وعاد الأب ليجد أسرته لم يبق منهم   إلا ابنا واحدا فقط فسأله الأب: أين أمك؟؟

قال الابن : لقد أصابها مرض شديد  , ولم يكن معنا مالا لننفق على علاجها فماتت

قال الأب: لماذا؟ ألم تفتحوا الرسالة الأولى لقد أرسلت لكم فيها مبلغا كبيرا من المال

قال الابن: لا.. فسأله أبوه وأين أخوك؟؟

قال الابن: لقد تعرف على بعض رفاق السوء وبعد موت أمي لم يجد من ينصحه ويُقومه فذهب معهم

تعجب الأب وقال: لماذا؟ ألم يقرأ الرسالة التي طلبت منه فيها أن يبتعد عن رفقاء السوء.. وأن يأتي إليّ

رد الابن قائلا: لا.. قال الرجل: لا حول ولا قوة إلا بالله.. وأين أختك؟

قال الابن: لقد تزوجت ذلك الشاب الذي أرسلت تستشيرك في زواجها منه وهى تعيسة معه أشد تعاسة

فقال الأب ثائرا: ألم تقرأ هي الأخرى الرسالة التي اخبرها فيها بسوء سمعة وسلوك هذا الشاب ورفضي لهذا الزواج

قال الابن: لا لقد احتفظنا بتلك الرسائل في هذه العلبة القطيفة.. دائما نجملها ونقبلها ولكنا لم نقرأها

ففكرت في شأن تلك الأسرة وكيف تشتت شملها وتعست حياتها لأنها لم تقرأ رسائل الأب إليها ولم تنتفع بها, بل واكتفت بتقديسها والمحافظة عليها دون العمل بما فيها ثم نظرت إلى الكتاب المقدس..  إلى الانجيل الموضوع داخل علبة قطيفة على المكتب

ياويحي .. إنني أعامل رسالة الله ليّ كما عامل هؤلاء الأبناء رسائل أبيهم

إنني أغلق الانجيل واضعه في مكتبي ولكنني لا أقرأه ولا أنتفع بما فيه وهو منهاج حياتي كلها

فاستسمحت ربي وأخرجت كتابي المقدس .. وعزمت على أن لا أهجره أبدا

 

Repost 0
Published by Abdo RAAD
commenter cet article
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 22:45

 

لا تسمح لسلسلة الحب أن تنتهي بك   واسلكوا في المحبة كما أحبنا المسيح أيضا واسلم نفسه لأجلنا قربانا و ذبيحة لله   رائحة طيبة      (اف 5: 2)
لا تسمح لسلسلة الحب أن تنتهي بك! في الطريق السريع على مسافات بعيدة من المدينة، هبت عاصفة ثلجية، فساد الطريق شيء من الظلام، وتساقط الثلج. فجأة كادت سيارة كارولين المرسيدس أن تنحرف، فقد فقدت توازنها، لأن إحدى العجلات قد فقدت كل ما بها من هواء.

صارت كارولين العجوز في صراع بين بقائها في العربة، وقد لا تعبر بها سيارة شرطة النجدة أو تنزل من السيارة وتعاني من البرد القارص والثلج المتساقط مع بدء الشتاء.

عبر جوي بسيارته المستهلكة، فتوقف ليسأل السيدة العجوز أن كانت تحتاج إلى معونة. رأته السيدة فخافت منه جدًا، إذ يبدو أنه عامل فقير غير مهندم في ثيابه. وهي سيدة غنية عجوز تركب سيارة مرسيدس.
أدرك جوي مشاعر السيدة، فابتسم وهو يقول: "لا تخافي يا سيدتي، فإني أود أن أساعدك!"
قالت له: "إني محتاجة إلى تغيير العجلة!"
ولماذا نزلتِ في البرد القارص؟ أرجوك أدخلي في السيارة.

في وسط الثلج المتساقط قام جوي بتغيير العجلة، وسأل السيدة أن تتحرك حتى يطمئن عليها.
مدت يدها لتقدم له مالاً، فقال لها:
شكرًا، فإني لم أفعل شيئًا. كثيرون خدموني بمحبة مجانًا، وأنا لا أعرف حتى أسماءهم.
فإني أرد لهم ما فعلوه معي.
لتصحبكِ السلامة، الرب معك".
قالت السيدة: "ربنا أعطاني الكثير، فكيف أظلمك؟ أرجوك أخبرني ماذا أقدم لك، مهما طلبت أعطيك".
قال لها: "لا يا سيدتي. ردي لي هذا الدين بأن تسندي إنسانًا محتاجًا، تذكري أن أسمى جوي!"

انطلقت السيدة بسرعة وهي متهللة فقد شعرت بالحب الحقيقي الذي لا يطلب لنفسه شيئًا. وانطلق جوي بسيارته القديمة متهللاً، فقد شعر بدفء عمل المحبة وسط العاصفة الثلجية. يود لو قضى كل عمره يعمل!
إذ بلغت كارولين قرية صغيرة بها مطعم بسيط أمامه نور خافت بالكاد يمكن رؤيته بسبب العاصفة الثلجية، نزلت ودخلت المطعم. قدمت لها عاملة المطعم الطعام وكانت حاملاً. سألتها كارولين: "متى تترقبين المولود السعيد"

 ربما غدًا!
وكيف تعملين؟
الاحتياج!

قدمت لها ورقة بمائة دولار، وإذ ذهبت العاملة لتحضر لها بقية الحساب، استقلت كارولين سيارتها وانطلقت.
خرجت العاملة تبحث عنها فوجدتها قد انطلقت بالسيارة. عادت إلى المائدة فوجدتها قد كتبت لها على ورقة:
"
الابنة المباركة،
أرجو أن تقبلي المبلغ الذي بيدك للمولود السعيد. فإني أرد لك ما قدمه لي غيرك.
تذكري أن جوي صنع بي خيرًا.
أرجو أن تردى لي هذا العمل في إنسانٍ محتاج.
اذكري أن من صنع معي خيرًا اسمه جوي".

فرحت السيدة جدًا، وفى اليوم التالي أنجبت طفلها السعيد.
بعد يومين إذ كانت العاملة مع زوجها سألها: أراكِ لم تطلبي مني مالاً للإنفاق على الطفل!
قبلته زوجته وهى تقول: "لقد أرسلت لي المال يا جوي مع كارولين صاحبة السيارة المرسيدس!
دُهش جوي فقد ردت السيدة المحبة بالمحبة لزوجته وهي لا تعرف.

عجيب أنت يا رب في حبك.
لن تبقى مدينًا لأحد.
هب لي أن أحب ولا أنتظر جزاءً،
فأنت تعطي أضعافًا مضاعفة!

Repost 0
Published by Abdo RAAD
commenter cet article
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 22:21

أبسط معاني   الحب
 

ذات صباح مشحون بالعمل وفي حوالي الساعة الثامنة والنصف.  
دخل رجل عجوز يناهز الثمانين من العمر ليضمد جرح أصاب إبهامه  
وذكر أنه في عجلة من أمره لأن لديه موعد في التاسعة .
قدمت له كرسيا وتحدثت معه قليلا ً وأنا أضمد الجرح وأهتم بحاله،

سألته : إذا كان موعده هذا الصباح مع طبيب ولذلك هو في عجلة !
أجاب : لا لكني أذهب لدار الرعاية لتناول الإفطار مع زوجتي ،
فسألته : عن سبب دخول زوجته لدار الرعاية ؟
فأجابني : بأنها هناك منذ فترة لأنها مصابة بمرض آلزيمار (ضعف الذاكرة) 

بينما كنا نتحدث انتهيت من ضمد جرحه .

وسألته : وهل ستقلق زوجتك لو تأخرت عن الميعاد قليلا ؟
فأجاب: "إنها لم تعد تعرف من أنا ، إنها لا تستطيع التعرف علي منذ خمس سنوات مضت"
قلت مندهشاً : ولازلت تذهب لتناول الإفطار معها كل صباح على الرغم من أنها لا تعرف من أنت؟

ابتسم الرجل وهو يضغط على يدي وقال: هي لا تعرف من أنا، ولكن أنا أعرف من هي ..
اضطررت إخفاء دموعي حتى رحيله وقلت لنفسي : "هذا هو نوع الحب الذي أريده فى حياتي"

نحن جميعا ً نريد هذا الحب في حياتنا
نعم نحن نريد هذا الحب الطاهر في حياتنا
نريد أن يحبنا من حولنا هكذا

 

 

Repost 0
Published by Abdo RAAD
commenter cet article
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 22:35

Message du Pape pour le Carême 2011

 

Le pape Benoît XVI propose un itinéraire de carême 2011 centré sur le sens du baptême comme rencontre avec le Christ.

« Par la rencontre personnelle avec notre Rédempteur et par la pratique du jeûne, de l’aumône et de la prière, le chemin de conversion vers Pâques nous conduit à découvrir d’une façon nouvelle notre Baptême », écrit le pape dans ce message présenté ce matin au Vatican et en date du 4 novembre.

Message de Benoît XVI

« Ensevelis avec le Christ lors du Baptême, vous en êtes aussi ressuscités avec lui » (Cf. Col 2,12)

Chers Frères et Sœurs,

Le Carême, qui nous conduit à la célébration de la Pâques très Sainte, constitue pour l’Eglise un temps liturgique vraiment précieux et important. Aussi est-ce avec plaisir que je vous adresse ce message, afin que ce Carême puisse être vécu avec toute l’ardeur nécessaire. Dans l’attente de la rencontre définitive avec son Epoux lors de la Pâque éternelle, laCommunauté ecclésiale intensifie son chemin de purification dans l’esprit, par une prière assidue et une charité active, afin de puiser avec plus d’abondance, dans le Mystère de la Rédemption, la vie nouvelle qui est dans le Christ Seigneur (cf. Préface I de Carême).

1. Cette vie nous a déjà été transmise le jour de notre Baptême lorsque, « devenus participants de la mort et de la résurrection du Christ », nous avons commencé « l’aventure joyeuse et exaltante du disciple » (Homélie en la Fête du Baptême du Seigneur, 10 janvier 2010). Dans ses épîtres, Saint Paul insiste à plusieurs reprises sur la communion toute particulière avec le Fils de Dieu, qui se réalise au moment de l’immersion dans les eaux baptismales. Le fait que le Baptême soit reçu le plus souvent en bas-âge, nous indique clairement qu’il est un don de Dieu : Nul ne mérite la vie éternelle par ses propres forces. La miséricorde de Dieu, qui efface le péché et nous donne de vivre notre existence avec « les mêmes sentiments qui sont dans le Christ Jésus » (Ph 2,5), est communiquée à l’homme gratuitement.

Dans sa lettre aux Philippiens, l’Apôtre des Gentils nous éclaire sur le sens de la transformation qui s’effectue par la participation à la mort et à la résurrection du Christ, en nous indiquant le but poursuivi : « le connaître lui, avec la puissance de sa résurrection et la communion à ses souffrances, lui devenir conforme dans sa mort, afin de parvenir si possible à ressusciter d’entre les morts » (Ph 3,10-11). Le Baptême n’est donc pas un rite du passé, il est la rencontre avec le Christ qui donne forme à l’existence toute entière du baptisé, lui transmet la vie divine et l’appelle à une conversion sincère, mue et soutenue par la Grâce, lui permettant ainsi de parvenir à la stature adulte du Christ.

Un lien spécifique unit le Baptême au Carême en tant que période favorable pour expérimenter la grâce qui sauve. Les Pères du Concile Vatican II ont lancé un appel à tous les Pasteurs de l’Eglise pour que soient « employés plus abondamment les éléments baptismaux de la liturgie quadragésimale » (Const. Sacrosanctum Concilium, 109). En effet, dès ses origines, l’Eglise a uni la Veillée Pascale et la célébration du Baptême : dans ce sacrement s’accomplit le grand Mystère où l’homme meurt au péché, devient participant de la vie nouvelle dans le Christ ressuscité, et reçoit ce même Esprit de Dieu qui a ressuscité Jésus d’entre les morts (cf. Rm 8,11). Ce don gratuit doit être constamment ravivé en chacun de nous, et le Carême nous offre un parcours analogue à celui du catéchuménat qui, pour les chrétiens de l’Eglise primitive comme pour ceux d’aujourd’hui, est un lieu d’apprentissage indispensable de foi et de vie chrétienne : ils vivent vraiment leur Baptême comme un acte décisif pour toute leur existence.

2. Pour emprunter sérieusement le chemin vers Pâques et nous préparer à célébrer la Résurrection du Seigneur - qui est la fête la plus joyeuse et solennelle de l’année liturgique -, qu’est-ce qui pourrait être le plus adapté si ce n’est de nous laisser guider par la Parole de Dieu ? C’est pourquoi l’Eglise, à travers les textes évangéliques proclamés lors des dimanches de Carême, nous conduit-elle à une rencontre particulièrement profonde avec le Seigneur, nous faisant parcourir à nouveau les étapes de l’initiation chrétienne : pour les catéchumènes en vue de recevoir le sacrement de la nouvelle naissance ; pour ceux qui sont déjà baptisés, en vue d’opérer de nouveaux pas décisifs à la suite du Christ, dans un don plus plénier.

Le premier dimanche de l’itinéraire quadragésimal éclaire notre condition terrestre. Le combat victorieux de Jésus sur les tentations qui inaugure le temps de sa mission, est un appel à prendre conscience de notre fragilité pour accueillir la Grâce qui nous libère du péché et nous fortifie d’une façon nouvelle dans le Christ, chemin, vérité et vie (cf. Ordo Initiationis Christianae Adultorum, n. 25). C’est une invitation pressante à nous rappeler, à l’exemple du Christ et en union avec lui, que la foi chrétienne implique une lutte contre les « Puissances de ce monde de ténèbres » (Ep 6,12) où le démon est à l’œuvre et ne cesse, même de nos jours, de tenter tout homme qui veut s’approcher du Seigneur : le Christ sort vainqueur de cette lutte, également pour ouvrir notre cœur à l’espérance et nous conduire à la victoire sur les séductions du mal.

L’évangile de la Transfiguration du Seigneur nous fait contempler la gloire du Christ qui anticipe la résurrection et annonce la divinisation de l’homme. La communauté chrétienne découvre qu’à la suite des apôtres Pierre, Jacques et Jean, elle est conduite « dans un lieu à part, sur une haute montagne » (Mt 17,1) afin d’accueillir d’une façon nouvelle, dans le Christ, en tant que fils dans le Fils, le don de la Grâce de Dieu : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, qui a toute ma faveur, écoutez-le » (v.5). Ces paroles nous invitent à quitter la rumeur du quotidien pour nous plonger dans la présence de Dieu : Il veut nous transmettre chaque jour une Parole qui nous pénètre au plus profond de l’esprit, là où elle discerne le bien et le mal (cf. He 4,12) et affermit notre volonté de suivre le Seigneur.

« Donne-moi à boire » (Jn 4,7). Cette demande de Jésus à la Samaritaine, qui nous est rapportée dans la liturgie du troisième dimanche, exprime la passion de Dieu pour tout homme et veut susciter en notre cœur le désir du don de « l’eau jaillissant en vie éternelle » (v.14) : C’est le don de l’Esprit Saint qui fait des chrétiens de « vrais adorateurs », capables de prier le Père « en esprit et en vérité » (v.23). Seule cette eau peut assouvir notre soif de bien, de vérité et de beauté ! Seule cette eau, qui nous est donnée par le Fils, peut irriguer les déserts de l’âme inquiète et insatisfaite « tant qu’elle ne repose en Dieu », selon la célèbre expression de saint Augustin.

Le dimanche de l’aveugle-né nous présente le Christ comme la lumière du monde. L’Evangile interpelle chacun de nous : « Crois-tu au Fils de l’homme ? » « Oui, je crois Seigneur ! » (Jn 9,35-38), répond joyeusement l’aveugle-né qui parle au nom de tout croyant. Le miracle de cette guérison est le signe que le Christ, en rendant la vue, veut ouvrir également notre regard intérieur afin que notre foi soit de plus en plus profonde et que nous puissions reconnaître en lui notre unique Sauveur. Le Christ illumine toutes les ténèbres de la vie et donne à l’homme de vivre en « enfant de lumière ».

Lorsque l’évangile du cinquième dimanche proclame la résurrection de Lazare, nous nous trouvons face au mystère ultime de notre existence : « Je suis la résurrection et la vie... le crois-tu ? » (Jn 11,25-26). A la suite de Marthe, le temps est venu pour la communauté chrétienne de placer, à nouveau et en conscience, toute son espérance en Jésus de Nazareth : « Oui Seigneur, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, qui vient dans le monde » (v.27). La communion avec le Christ, en cette vie, nous prépare à franchir l’obstacle de la mort pour vivre éternellement en Lui. La foi en la résurrection des morts et l’espérance en la vie éternelle ouvrent notre intelligence au sens ultime de notre existence : Dieu a créé l’homme pour la résurrection et la vie ; cette vérité confère une dimension authentique et définitive à l’histoire humaine, à l’existence personnelle, à la vie sociale, à la culture, à la politique, à l’économie. Privé de la lumière de la foi, l’univers entier périt, prisonnier d’un sépulcre sans avenir ni espérance.

Le parcours du Carême trouve son achèvement dans le Triduum Pascal, plus particulièrement dans la Grande Vigile de la Nuit Sainte : en renouvelant les promesses du Baptême, nous proclamons à nouveau que le Christ est le Seigneur de notre vie, de cette vie que Dieu nous a donnée lorsque nous sommes renés « de l’eau et de l’Esprit Saint », et nous réaffirmons notre ferme propos de correspondre à l’action de la Grâce pour être ses disciples.

3. Notre immersion dans la mort et la résurrection du Christ, par le sacrement du Baptême, nous pousse chaque jour à libérer notre cœur du poids des choses matérielles, du lien égoïste avec la « terre », qui nous appauvrit et nous empêche d’être disponibles et accueillants à Dieu et au prochain. Dans le Christ, Dieu s’est révélé Amour (cf. 1 Jn 4,7-10). La Croix du Christ, le « langage de la Croix » manifeste la puissance salvifique de Dieu (cf. 1 Cor 1,18) qui se donne pour relever l’homme et le conduire au salut : il s’agit de la forme la plus radicale de l’amour (cf. Enc. Deus caritas est, 12). Par la pratique traditionnelle du jeûne, de l’aumône et de la prière, signes de notre volonté de conversion, le Carême nous apprend à vivre de façon toujours plus radicale l’amour du Christ. Le jeûne, qui peut avoir des motivations diverses, a pour le chrétien une signification profondément religieuse : en appauvrissant notre table, nous apprenons à vaincre notre égoïsme pour vivre la logique du don et de l’amour ; en acceptant la privation de quelque chose - qui ne soit pas seulement du superflu -, nous apprenons à détourner notre regard de notre « moi » pour découvrir Quelqu’un à côté de nous et reconnaître Dieu sur le visage de tant de nos frères. Pour le chrétien, la pratique du jeûne n’a rien d’intimiste, mais ouvre tellement à Dieu et à la détresse des hommes ; elle fait en sorte que l’amour pour Dieu devienne aussi amour pour le prochain (cf. Mc 12,31).

Sur notre chemin, nous nous heurtons également à la tentation de la possession, de l’amour de l’argent, qui s’oppose à la primauté de Dieu dans notre vie. L’avidité de la possession engendre la violence, la prévarication et la mort ; c’est pour cela que l’Eglise, spécialement en temps de Carême, appelle à la pratique de l’aumône, c’est à dire au partage. L’idolâtrie des biens, au contraire, non seulement nous sépare des autres mais vide la personne humaine en la laissant malheureuse, en lui mentant et en la trompant sans réaliser ce qu’elle lui promet, puisqu’elle substitue les biens matériels à Dieu, l’unique source de vie. Comment pourrions-nous donc comprendre la bonté paternelle de Dieu si notre cœur est plein de lui-même et de nos projets qui donnent l’illusion de pouvoir assurer notre avenir ? La tentation consiste à penser comme le riche de la parabole : « Mon âme, tu as quantité de biens en réserve pour de nombreuses années... ». Nous savons ce que répond le Seigneur : « Insensé, cette nuit même, on va te redemander ton âme... » (Lc 19,19-20). La pratique de l’aumône nous ramène à la primauté de Dieu et à l’attention envers l’autre, elle nous fait découvrir à nouveau la bonté du Père et recevoir sa miséricorde.

Pendant toute la période du Carême, l’Eglise nous offre avec grande abondance la Parole de Dieu. En la méditant et en l’intériorisant pour l’incarner au quotidien, nous découvrons une forme de prière qui est précieuse et irremplaçable. En effet l’écoute attentive de Dieu qui parle sans cesse à notre cœur, nourrit le chemin de foi que nous avons commencé le jour de notre Baptême. La prière nous permet également d’entrer dans une nouvelle perception du temps : Sans la perspective de l’éternité et de la transcendance, en effet, le temps n’est qu’une cadence qui rythme nos pas vers un horizon sans avenir. En priant, au contraire, nous prenons du temps pour Dieu, pour découvrir que ses « paroles ne passeront pas » (Mc 13,31), pour entrer en cette communion intime avec Lui « que personne ne pourra nous enlever » (cf. Jn 16,22), qui nous ouvre à l’espérance qui ne déçoit pas, à la vie éternelle.

En résumé, le parcours du Carême, où nous sommes invités à contempler le mystère de la Croix, consiste à nous rendre « conformes au Christ dans sa mort » (Ph 3,10), pour opérer une profonde conversion de notre vie : nous laisser transformer par l’action de l’Esprit Saint, comme saint Paul sur le chemin de Damas ; mener fermement notre existence selon la volonté de Dieu ; nous libérer de notre égoïsme en dépassant l’instinct de domination des autres et en nous ouvrant à la charité du Christ. La période du Carême est un temps favorable pour reconnaître notre fragilité, pour accueillir, à travers une sincère révision de vie, la Grâce rénovatrice du Sacrement de Pénitence et marcher résolument vers le Christ.

Chers Frères et Sœurs, par la rencontre personnelle avec notre Rédempteur et par la pratique du jeûne, de l’aumône et de la prière, le chemin de conversion vers Pâques nous conduit à découvrir d’une façon nouvelle notre Baptême. Accueillons à nouveau, en ce temps de Carême, la Grâce que Dieu nous a donnée au moment de notre Baptême, afin qu’elle illumine et guide toutes nos actions. Ce que ce Sacrement signifie et réalise, nous sommes appelés à le vivre jour après jour, en suivant le Christ avec toujours plus de générosité et d’authenticité. En ce cheminement, nous nous confions à la Vierge Marie qui a enfanté le Verbe de Dieu dans sa foi et dans sa chair, pour nous plonger comme Elle dans la mort et la résurrection de son Fils Jésus et avoir la vie éternelle.

Du Vatican, le 4 novembre 2010

BENEDICTUS PP XVI

 

Repost 0
Published by Abdo RAAD
commenter cet article
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 22:22

 

دعاء

أللهم، يا خالقنا وجابلنا،

يا من أوحيت إلى أبنائك، بالكتب المقدسة والقيم السامية،

يا من أرسلت جبريل مبشرا بالسلام والفرح،

يا من اخترت من جبلتنا عذراء، لتحمل المسيح له المجد، وتكون أما وبتولا معا، وجعلتها أعظم نساء العالم،

يا من أراد خلاص الناس أجمعين وبلوغهم إلى معرفة الحق كل حين،

       يا من ارتضيت أن نجتمع اليوم، لنشهد معا على محبتك،

هب أن يكون لقاؤنا حول مريم، نورا للعالم، وأن يكون تعاوننا مثالا يحتذى، فنستطيع أن نحمل رسالة مجتمعنا ووطننا، رسالة الحب والسلام، إلى كل إنسان.

إننا برحمتك نستغيث، وإلى حنانك نلتجئ،

       اسكب علينا نعمك، طهر قلوبنا من الأحقاد والآثام والبغضاء، أبعد عنا الحروب والمآسي والتطرف والتعصب، نجنا من الزلزال والطوفان وأغث الرازحين تحتها،

أعطنا نعمة المعرفة، ليفهم بعضنا بعضا، ونعمة المحبة، لنتغلب على كل شر وانقسام،

أعد علينا هذا العيد المبارك باليسر والطمأنينة، أعطنا السلام فقد أعطيتنا كل شيء،

إنك يا إلهنا سميع مجيب. آمين

 

Repost 0
Published by Abdo RAAD
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de P Abdo RAAD
  • Le blog de P Abdo RAAD
  • : Nouvelles et chronique du travail social et des activites du P abdo RAAD
  • Contact

Profil

  • Abdo RAAD
  • site pour nos activites et notre travail social... vous pouvez collaborer et aider
  • site pour nos activites et notre travail social... vous pouvez collaborer et aider

Texte Libre

Rechercher

Archives

Catégories

Liens